Accueil Histoire Francine Tankeu, la camerounaise qui a reçu le prix Jeune Talent Afrique...

Francine Tankeu, la camerounaise qui a reçu le prix Jeune Talent Afrique subsaharienne 2019 L’Oreal-UNESCO pour les femmes et la science

58
0

SOIGNER LA LEUCÉMIE, EN ALLIANT LA BIOCHIMIE AU POUVOIR DES PLANTES

L’amour des sciences est apparu très jeune pour cette native de Bafoussam, Cameroun, issue d’une famille de sept enfants, tous des scientifiques. En outre, sa sœur cadette « est née avec une imperforation des canaux lacrymaux, ce qui a nécessité une prise en charge dès les premiers jours de sa vie. Or, à l’époque, il n’y avait pas de pneumologue là où nous habitions. Mon père devait faire le déplacement deux fois par semaine pour faire soigner ma sœur. C’est cette situation qui m’a d’abord donné envie de devenir médecin. » 

Finalement, ce ne fut pas vers la médecine mais vers la biochimie que Francine Tankeu s’orienta après le lycée, en intégrant l’université de Yaoundé 1. « Le décès d’un ami des suites d’un cancer m’a véritablement conduite à vouloir me servir de la recherche pour résoudre des problèmes de santé publique. »

Aujourd’hui encore au Cameroun, les femmes chercheuses se heurtent à de nombreux préjugés. « La majorité des enseignants préfèrent travailler avec des doctorants hommes, en raison de ce qu’ils imaginent être les obligations incombant inévitablement aux femmes doctorantes, dont beaucoup sont aussi épouses et mères, ce qu’ils considèrent comme un frein à l’avancement de leurs études. » Malgré la persistance de ce plafond de verre, Francine Tankeu, mariée depuis peu, a décidé de poursuivre ses études de doctorat. Ses recherches visent à tester des extraits éthanoliques de feuilles de Syzygium guinéense, utilisées habituellement comme une épice dans la cuisine camerounaise, sur un échantillon de cellules cancéreuses de différentes origines (cancers du col de l’utérus, du sein et leucémie).

photo from lelab

Dans sa thèse, qu’elle soutiendra fin 2020, elle cherche à démontrer les propriétés anti-leucémiques « in vitro et in vivo » de cette épice, afin de confirmer son potentiel en tant que source naturelle de nouvelles molécules permettant de lutter en particulier contre la leucémie myéloïde aigüe, c’est-à-dire la leucémie relative à la moelle osseuse. Pour ce faire, elle transplante, via des tests précliniques, des cellules de leucémie myéloïde aigüe, afin de suivre l’évolution du volume tumoral de paramètres biochimiques précis. Son objectif : comprendre à quel niveau agissent les molécules présentes dans ces extraits. D’autre part, Francine Tankeu réalise des études toxicologiques pour s’assurer de l’utilisation sans risque des dites fractions. « Les résultats préliminaires déjà obtenus ont montré que deux fractions de l’extrait éthanolique des feuilles de Syzygium guinéense sont de bons candidats pour le développement des nouvelles molécules contre les leucémies myéloïdes aigües et chroniques. »

Pour la biochimiste, son principal défi quotidien est celui d’opérer sa recherche au sein d’un plateau technique de qualité insuffisante. Ce qui ne l’empêche pas d’envisager l’avenir avec optimisme.

« Je rêve d’une longue carrière en recherche, mais aussi d’intégrer une université de manière permanente. J’espère encourager beaucoup de jeunes Camerounaises en leur servant de rôle-modèle grâce à la transmission des connaissances que j’ai d’ores et déjà acquises. Pour cela, il me faudra renforcer mes capacités à travers des formations et de nouvelles expériences scientifiques, ce à quoi contribue déjà le Prix Jeunes Talents en Afrique sub-saharienne. »

En 2014, Francine Tankeu a obtenu une bourse de six mois pour aller étudier en Italie, à Rome, dans le cadre du programme « Short Term Mobility » du Centre de recherche ENEA (Italian National Agency For New Technologies, Energy And Sustainable Economic Development). En 2017, c’est en Inde qu’elle est partie, grâce à une bourse de mobilité doctorale de six mois, octroyée par le programme « Center for Science and Technology of the Non-Aligned and other Developing countries » à ACTREC (Advanced Centre for Treatment, Research and Education in Cancer).

source : https://lelab.info/