Accueil Histoire Mercy Temitope Bankole, La Nigérienne qui a reçu le prix Jeune Talent...

Mercy Temitope Bankole, La Nigérienne qui a reçu le prix Jeune Talent Afrique subsaharienne 2019 L’Oreal-UNESCO pour les femmes et la science

7
0
photo from acemfsfutminna

CICATRISER LES PLAIES OUVERTES PLUS RAPIDEMENT ET MIEUX GRÂCE À UN NANOCOMPOSITE

Rempli de la créativité que la science insuffle, cette chimiste nigériane, mère de trois filles, “toutes passionnées par mon domaine de recherche”, ne cesse de mélanger les molécules. Lorsque le Dr Mercy Temitope Bankole attendait son premier enfant, elle a été gravement blessée par un incendie domestique. Après trois mois au lit, sa blessure ne guérissait pas encore. Elle a alors eu l’idée de combiner le miel, traditionnellement connu pour ses propriétés médicinales, avec des antibiotiques pour accélérer la guérison. C’est ce qui a finalement amené l’idée de développer un brevet industriel à l’Université Fédérale de Technologie de l’Etat de Minna Niger, où elle est basée.

Après ses études de premier cycle et de deuxième cycle en chimie appliquée, elle a consacré son doctorat à la recherche sur les nanotubes de carbone. Pour la première fois, ils ont été produits dans un laboratoire nigérian et perfectionnés pour le traitement des eaux usées. Plus tard, elle est devenue plus attirée par les nanoparticules d’or pour l’administration de médicaments. « La poursuite d’une carrière scientifique m’a donné la capacité de relever certains défis qui m’entourent et qui touchent le monde en général, comme l’eau potable, la bonne santé, la faim zéro, les infrastructures d’ingénierie, entre autres, pour assurer ma subsistance et le développement économique. »

Le traitement des plaies est un problème majeur en Afrique subsaharienne en raison de l’émergence d’infections bactériennes multirésistantes aux antibiotiques, d’une faible pénétration et de réactions tissulaires locales. Dans ses recherches postdoctorales, elle se concentre sur la synthèse verte et l’application de nano-composite d’iode dopé à l’argent et à l’or coiffé de miel pour offrir une meilleure alternative dans le traitement des infections à MAR des plaies ouvertes. “Les nanoparticules seront synthétisées en vert à partir d’extraits d’Azadiratcha indica et d’Ageratum conyzoïdes, dopés à l’iode et stabilisés au miel naturel. Je m’attends à ce que le nano-composite développé donne une surface spécifique élevée par unité de masse conduisant à une plus grande activité antimicrobienne et à une libération ciblée avec une faible toxicité, des effets anti-inflammatoires et une néovascularisation du nano-composite vers les tissus des mammifères.”

Pour jouer un rôle significatif dans le développement de l’Afrique, la Dre Mercy Temitope Bankole se propose de mettre au point du matériel scientifique novateur qui répondra aux besoins de la population et d’encadrer d’autres personnes – en particulier les jeunes femmes – afin de soutenir la recherche scientifique et l’éducation novatrices. « En tant qu’Africaine, je souhaite un avenir à l’impact scientifique révolutionné et être parmi les femmes africaines et mondiales lauréates du prix Nobel de science. »

En tant que membre du personnel du département de chimie de l’Université fédérale de technologie de l’État de Minna Niger, M. Bankole a reçu, en 2015, un prix du mérite pour service désintéressé et dévouement à ses tâches. Elle a également obtenu du TETFund National Research Fund une subvention pour le développement d’un nano-adsorbant à partir de nanotubes de carbone pour le traitement des eaux usées ; du TETFund Institution Based Research Intervention, une autre subvention pour la synthèse et la caractérisation de nanoparticules d’or pour la libération de médicaments ; et une troisième pour la production de polyhydroxyl-alcanate à partir de déchets comme nano-porteur pour la libération de médicaments. En 2016, elle a obtenu le 3ème Prix pour la Recherche et le Développement en Sciences de la Vie au 6ème Salon de la Recherche et du Développement des Universités Nigérianes NURESDEF. En 2017, toujours dans le cadre de l’Institution Based Research Intervention du TETFund, elle a reçu trois subventions liées à la synthèse verte et chimique des nanoparticules d’argent, des nano-composites WO3 co-dopés à l’iode et au phosphore et des nano-composites TiO2 codopés à l’argent et bore. En 2018, elle a reçu un prix de conférencière invitée sur la nanotechnologie pour le développement durable à l’occasion du 60e anniversaire de la Nigerian Society of Engineers (Minna Branch). Depuis 2019, elle fait partie du projet de l’AUA/Banque mondiale/AFD sur les centres d’excellence en Afrique, où elle travaille comme chargée de suivi et d’évaluation et membre du corps enseignant du Centre d’excellence africain pour les mycotoxines et la sécurité alimentaire, Université fédérale de technologie de Minna Niger, Nigeria.

source : https://lelab.info/