Accueil Histoire Mweete NGLAZI, la Zambienne qui a reçu le prix Jeune Talent Afrique...

Mweete NGLAZI, la Zambienne qui a reçu le prix Jeune Talent Afrique subsaharienne 2019 L’Oreal-UNESCO pour les femmes et la science

11
0

UNE ANALYSE DU SURPOIDS ET DE L’OBÉSITÉ EN AFRIQUE DU SUD :

LE CAS DES FEMMES EN ÂGE DE PROCRÉER

Mweete Ngalzi, la plus jeune d’une famille de quatre personnes de Lusaka, en Zambie, a reçu un diagnostic de “PDA” (Patent Ductus Arteriosus, dans lequel le vaisseau sanguin ne ferme pas) peu après sa naissance. « Très jeune, j’étais déjà sous traitement médical et j’ai dû consulter des médecins régulièrement parce que mon sang n’était pas complètement oxygéné. Cette exposition précoce m’a rendu très intéressé par le domaine médical. » Par conséquent, elle aspirait à devenir médecin en grandissant.

Encouragée par sa mère, fonctionnaire de haut rang, titulaire d’une maîtrise en économie, elle est entrée en 2001 à l’Université de Zambie pour y étudier la microbiologie en majeure. « Les sciences étant dominées par les hommes, les gens ont tendance à penser qu’il faut prouver plus de choses si vous êtes une femme ou, sinon, ils feront de la discrimination contre vous sur certains aspects. » Mweete Nglazi a fini par faire une maîtrise en santé publique à l’Université du Cap, en Afrique du Sud, en se parrainant elle-même et grâce au soutien de ses parents. Son père, retraité, est un ancien chef de secteur dans le secteur aérien. Ses frères et sœurs plus âgés sont également très instruits, mais elle est la première à aspirer à obtenir un doctorat.

Elle a ensuite été boursière de recherche opérationnelle à la Fondation Desmond contre le VIH sur des travaux liés aux VIH/sida et à la tuberculose, mais n’a pas pu continuer, faute de financement. Grâce à ses précédentes publications de recherche évaluées par des pairs et jugées de qualité, elle a obtenu divers postes dans des institutions académiques et de recherche de premier plan telles que l’Université du Cap, le South African Medical Research Council et l’Université Stellenbosch.

Elle y a travaillé à l’étude nationale sud-africaine sur le poids des maladies et à l’évaluation comparative des risques en Afrique du Sud, afin de déterminer les causes de décès et de morbidité de la population sud-africaine. Elle a également travaillé à l’évaluation de la contribution des facteurs de risque généralement associés aux maladies non contagieuses.  « La surcharge pondérale et l’obésité chez les adultes sont des problèmes croissants en Afrique subsaharienne – en particulier en Afrique du Sud – et contribuent considérablement à la mortalité et à l’invalidité liées aux maladies non transmissibles. »

Sa thèse, qui doit s’achever d’ici la fin de 2020, analysera et interprétera des données représentatives au niveau national sur la prévalence, les déterminants et les inégalités socio-économiques de la surcharge pondérale et de l’obésité en Afrique du Sud. A cet égard, elle s’est concentrée sur un segment spécifique de la population, les « femmes non enceintes âgées de 15 à 49 ans », et sur une période spécifique allant de 1998 à 2017. « Les tendances, les inégalités socioéconomiques et les déterminants de la surcharge pondérale et de l’obésité ont été bien étudiés, mais peu d’études ont été menées en Afrique du Sud sur les femmes en âge de procréer. Ces femmes sont exposées à des problèmes de santé maternelle et infantile liés à l’obésité, tels que l’infertilité, les fausses couches, les bébés présentant des anomalies congénitales et d’autres issues obstétricales indésirables. »

Mariée à une universitaire comme elle, qui poursuit également un doctorat en sociologie, Mweete Ngalzi se voit un brillant avenir. « En tant qu’assistante pédagogique, j’aime beaucoup le contact avec les élèves, surtout les jeunes femmes. Mon souhait est d’être professeur et de travailler dans une agence des Nations Unies. Bien sûr, avec tout cela, à un moment donné, je pourrais avoir de la difficulté à concilier travail et responsabilités familiales. Je souhaite faire un travail qui éclaire les politiques et contribue au bien-être de la population sud-africaine, de mon propre pays, la Zambie, ainsi que du monde entier. »

Mweete Nglazi a reçu de nombreuses récompenses au lycée et a obtenu en 2001 une bourse gouvernementale pour étudier à l’Université de Zambie. En 2006, elle a reçu une bourse d’entrée au mérite à l’Université du Cap. En 2009 et 2011, elle a obtenu une bourse de recherche opérationnelle et une bourse de recherche opérationnelle principale de l’Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires. En outre, elle a obtenu le prix du meilleur support de présentation lors de la 11e Conférence de la Public Health Association of South Africa, qui s’est tenue à Durban, en Afrique du Sud, du 7 au 9 octobre 2015. De plus, en 2017, elle a été récipiendaire du National Health Scholars Programme du South African Medical Research Council.

source : https://lelab.info/